top of page
Search
  • Writer's pictureFrancois S. Marmion

Sur la route des Indes : fluide chaos

S'il existait un jeu video de conduite sur route, conduire en Suisse ou aux Etats-Unis serait le niveau 1, tout y est parfaitement organisé, la France serait niveau 2, l'Italie niveau 3, naviguer place de l'étoile niveau 4, mais rouler en Inde serait hors concours! Le niveau ultime! La version Pro. La place de l'étoile est un jeu d'enfant en comparaison.


J'avais un souvenir incroyable de la route au Rajasthan il y a dix ans, avec à l'époque des éléphants et des vaches faisant des incursions sur l'autoroute, des camions doublant à contre sens, d'autres renversés au milieu, de vieilles Ambassadors belles mais poussives, et des véhicules de toutes vitesses et dimensions impliqués dans la circulation.


Dix ans après, les infrastructures et surtout les voitures se sont beaucoup améliorées, cependant conduire en Inde reste toujours un défi absolu pour un Européen, comme j'ai pu le constater lors de déplacements en ville, dans la campagne et sur autoroute.





Alors, essayons de comprendre. On roule à gauche ici, comme en Angleterre, colonisation oblige.

Mais sur l'autoroute, pour une raison qui m'échappe, les camions roulent systématiquement à droite. Or ils sont les plus lents, donc les gens accélèrent pour les doubler à gauche, normal n'est-ce pas? Mais la voie de gauche est censée être la voie de base où roulent les voitures plus lentes. Donc les voitures rapides font des coups d'accordéon entre les deux, accélérant pour doubler les camions par la gauche et freinant pour éviter les voitures lentes. Mais des camions, il y en a aussi souvent garés sur la bas côté. Si bien que l'on se retrouve souvent à rouler dans un tunnel de camions, immobiles à gauche, en mouvement à droite, vous suivez toujours? Mais quand ces camions manœuvrent pour se garer sur l'accotement, forcément, 'ils utilisent la voie de gauche pour faire leur créneau, donc pour peu qu'il y ait une file de camions sur le voie de droite, les deux voies sont occupées par des camions dans des sens éventuellement contraires.


Et puis il y a les motos. Les motos occupent en gros la moitié de la voie de gauche. Seul le conducteur est obligé de mettre un casque. Mais il y a souvent 3 personnes sur la moto, voire quatre. Un bébé entre les deux parents. Un enfant entre le père qui conduit et le guidon, un autre entre le père et la mère. Parfois on y transporte une machine à laver ou des sacs de riz entre les deux passagers.


C'est là que la klaxon intervient pour écarter tout ce petit monde lorsque se faufiler ou doubler est nécessaire. C'est à dire quasiment ne permanence s'il y a de la circulation. Et pour une raison qui m'échappe encore, certain camions portent la mention "Blow horn" et d'autres la mention "no horn". Mais quoi qu'il en soit, tout le monde klaxonne.


Nous étions jusque là sur autoroute, un univers assez simple conceptuellement, avec une chaussée moderne. La partie facile.


Puis viennent les routes type nationales. On prend les mêmes et on recommence, mais sur une largeur divisée par deux et avec une voie à double sens et un accotement en terre. Donc là, ce sont les doublements qui sont intéressants, surtout quand deux camions se doublent en face de vous. De temps en temps, le bitume peut aussi s'arrêter soudainement. On se retrouve en mode piste défoncée quelques kilomètres à cause de travaux qui s'éternisent. Puis soudain, une belle route reprend aussi soudainement sans raison totalement explicable. Mais le must, la cerise sur le gâteau, ce sont les intersections, et les motos qui déboulent du chemin de campagne à fond sans regarder s'il arrive une voiture à droite, un peu comme le lapin qui traverse devant les phares pour échapper à la voiture qui arrive. Ces autochtones pensent sans doute être invincibles et pour rejoindre la voie opposée, le plus vite est le mieux et ne pas regarder ce qui arrive sur la droite évite d'attendre. Sur la dernière heure de route, trois collisions évitées de justesse....


Au début, on se dit que tous ces mouvements erratiques sont inconciliables, mais si, globalement ca fonctionne, une fluidité chaotique s'installe... un point d'équilibre dans la démence routière est atteint, et ce à une vitesse assez élevée pour que des dynamiques puissent naître. Un peu comme la tôle ondulée, à une certaine vitesse minimum on sent moins le désagrément et les vibrations. Là il faut un peu de vitesse pour que la fluidité du chaos s'installe.


Je me souviens que, jeune consultant en management aux Etats-Unis, j'avais assisté à une formation interne sur l'amélioration des process. Pour l'illustrer, il y avait deux croquis, celui d'une ville américaine tirée au cordeau, bien organisée, fonctionnant parfaitement. Et le modèle opposée, le croquis d'un village français provençal, tout en courbe, sur une colline, tortueux, censé illustrer les temps artisanaux du bricolage. Un modèle qui pouvait marcher à petit échelle mais pas censé selon notre formateur donner la possibilité d'une expansion à grande échelle. Et bien voilà, l'Inde, côté circulation, c'est mon village provençal, mais à très grande échelle.


Alors, tout cela présente un coût humain incroyable et terrible bien sûr, plus de 450 morts par jour, principalement conducteurs de moto et piétons. 168,000 morts par an, record du monde. Mais finalement, lorsqu'on rapporte es chiffres à la population, on est à 3.5 fois plus qu'en Suisse record de sécurité, 2.5 fois plus qu'en France, qui se situe plus ou moins dans la moyenne en Europe, mais devinez quoi? Identique aux Etats-Unis.... 47,000 morts pour une population quatre fois moindre... mais des raisons différentes de l'Inde: alcool, drogue, smartphones, ceinture non mise et vitesse trop élevée. Attention: si ca continue, l'Inde pourrait dépasser les US en termes de sécurité routière. Incroyable. Incroyable surtout pour les US.


Pendant ce temps, sur ce jeu video grandeur nature, des camions et des motos surgissant sur vous à contre sens, ou bien sur le côté, des vaches traversent la route, des camions se rapprochant pour vous prendre en sandwich, une horde de moto démarre au feu rouge, saurez-vous leur résister? Un bus capricieux fait des arrêts aléatoires, une charrette à bœufs, des tuk tuks et des vélos apparaissent pour créer des objets circulants à des vitesses originales, mais tant bien que nous avançons, cahin caha, dans les cahots, et le chaos, KO après des heures de route exténuantes. Nous sommes arrivés. Game over pour cette fois!





10 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page