top of page
Search
  • Writer's pictureFrancois Marmion

Le tigre qui cache la forêt: la jungle à livre ouvert

Updated: Mar 12

Tout le monde vient pour voir le tigre mais il ne se montre pas forcément. Cela procure l'occasion de découvrir les autres habitants de la forêt, faute de voir sa majesté le tigre pointer le bout de son museau. Eg pour revenir à Kipling, il n'a pas eu trop à forcer son imagination pour les noms de ses personnage: en hindi ours se dit Baloo, panthère se dit Bagheera, piton se dit Kaa, et , Et Shere Khan veut dire le seigneur tigre.


L'ours noir indien ("Sloth Bear") est le fameux Baloo (ours en hindi) du livre de la jungle. Et il paraît qu'il est plus rare à voir qu'un tigre. Je suis donc très honoré d'avoir pu en croiser deux. Un peu hirsute et ronchon, il ne faut pas s'y tromper, c'est l'un des seuls habitants de la forêt - avec les chiens sauvages en meute - qui peuvent rivaliser dans un combat avec le tigre. Celui qui nous avons croisé était complètement absorbé par sa recherche de termites dans le sol et nous a superbement ignorés.




Le second poids lourd de la forêt c'est l'éléphant, à Pench il y en a uniquement pour les patrouilles des rangers contre le braconnage mais lorsqu'il apparaissent, ils distillent tout de suite une impression de puissance majestueuse et renvoient en Inde à l'époque des maharadjas.





On y croise aussi le paon (peacock), grand bavard dans la forêt, ainsi que l'ignoble chacal, toujours en recherche d'une carcasse à dépecer.



Dans le livre de la Jungle le chacal Tabaqi, est d'ailleurs l'acolyte du tigre, ils passe derrière lui pour les basses œuvres, manger ses restes, comploter. Il est malin, vil, lâche, un parasite, un vautour sur pattes. Un bel air fourbe n'est-ce pas?




On y entend fréquemment dans la forêt les brames (mating calls) des cerfs mouchetés (spotted deers), dont le jeunes s'entraînent ici au combat.




Le gaur, le bison indien, sait que son poids le met en partie à l'abri d'une attaque, mais il faut toujours se méfier et rester à plusieurs pour décourager le prédateur.



Et puis il y a bien sûr les singes, le peuple des singes du livre de la Jungle, le Bandar-Log, les singes qui s'amusent, restent à la surface des choses, font beaucoup de belles déclarations mais se lassent très vite. On croit y voir Kipling décrire certains personnages de la comédie humaine, politiciens par exemple, beaucoup de communication et de bla-bla pour pas grand chose.




Mais néanmoins on ne se lasse pas de leurs jeux, rebondissement, sauts, acrobaties, bagarres, grimaces, mimiques, pitreries et autres "singeries".





Il y a aussi des loups, rarement visibles, des chiens sauvages, j'en ai vu dépecer un daim fraichement tué par leur meute, des crocodiles, des aigles, des vautours...




23 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page